Straight Jacket Winter: Une poétique de chaos de grande envergure!!

Reviewed by Alvina Ruprecht

straightjacketwinter_150_renaud_philippe__large

Photo. Renaud Philippe

L’esprit de Réjean Ducharme (l’Hiver de Force, prix du gouverneur général) plane sur ce spectacle. Un couple, emblématique de la contreculture des années 1960-70, en proie à une profonde solitude et un malaise existentiel, se déplace à travers le pays. Ensemble, ces jeunes sont à la recherche d’un « paradis perdu », qui donnerait du sens à leur vie quotidienne inhabituelle, un espace qui serait leur « chez eux » dans ce Canada hivernal  qui ne semble pas vouloir les accueillir. Ils sont désormais installés à Vancouver, l’autre bout du pays, loin de leur monde montréalais où ils ont du mal à se faire des amis. Toutefois, même lorsqu’ils reviennent voir la famille au Québec, ils ont l’impression que la vie les a dépassés, ils n’y sont plus tout à fait chez eux. Voici que les contestataires des années 1960 deviennent des figures emblématiques de la postmodernité puisqu’ils incarnent le flux constant de l’existence et ils finissent par se retrancher dans leur seul refuge leur petit appartement , où  seuls leurs rapports passionnels, leurs pulsions créatrices remplissent l’espace/temps de leur existence.

Ce n’est pas uniquement le récit de la vie du couple qui nous attire car la structure de ce texte scénique repose sur des fragments de vie recollés à partir d’un double dialogue conçu par les auteurs. La forme devient hautement intéressante puisque elle comporte à la fois un dialogue soutenu entre les deux auteurs Esther et Gilles, qui constituent « le ‘vrai couple » et les acteurs (Frédéric LeMay et Julie Trépanier), des personnages scéniques qui théâtralisent la vie troublante des auteurs. Debout, à la limite des coulisses comme des voyeurs indiscrets sur le tréteau, les auteurs observent les ébats de ces amoureux mis en scène, visiblement divertis par le spectacle à la fois violent et surprenant de leur propre vie qui s’étale devant eux. Ils surveillent les réactions scéniques des comédiens en commentant leur jeu, la justesse entre leur vision des choses, en comparant la vraie vie, à toute cette confusion qui les tourmente, les bouleverse et leur donne de l’espoir.

Au même moment, cette mise en abyme spectaculaire nous entraine dans l’angoisse du couple et nous révèle leur trajectoire artistique. Les deux jeunes, attisés par leurs passions, s’enfoncent dans le désordre. Ils déplacent les cartons, déchirent des papiers, renversent les meubles, font écouter une musique assourdissante, font envoler la vaisselle et confirment l’impression que la création bascule entre la destruction et la transformation. Le résultat, une magnifique maquette théâtrale reconstituées à partir des traces de cette passion violente.

Voilà un théâtre qui projette une poésie du chaos, une vision du monde qui passe bien au-delà de tous les nationalismes, les petites pensées étriquées, les rivalités linguistiques et mesquines. La fraicheur de ce regard signale le début de quelque chose de tout à fait nouveau au théâtre francophone et nous aimerions en voir la suite!

Straight Jacket Winter

Une production du Théâtre français chambardé (CNA) de Brigitte Haentjens, le Théâtre la seizième, et 2Par4.

Création en mai 2016 au Théâtre Périscope à Québec dans le cadre du Carrefour international de théâtre. Du 16 au 19 au Centre national des Arts.

Texte et mise en scène Esther Duquette et Gilles Poulin-Denis

 

Avec Esther Duquette, Frédéric Lemay, Gilles Poulin-Denis, Julie Trépanier.

Scénographie, Julie Vallée-Léger

Lumière Itai Erdal

Musique Antoine Berthiaume et Jacques Poulin- Denis

Vidéo Antoine Quirion Couture

Costumes Drew Facey


Categories

Past Reviews