Théâtre caribéen

Cap Excellence en Théâtre présente “Circulez”

News from Capital Critics Circle

Photo: Scarlett Jesus, mai 2017, Festival Cap Excellence.
Circulez avec Joel Jernidier

 

 « Circulez ! »,   ou comment une stratégie d’évitement permet de résister à l’autorité.

de Scarlett Jesus

Jeudi 11 mai, à la salle Tarer de Pointe-à-Pitre, la Martinique était à l’honneur avec « Wopso », une pièce de Marius Gottin, mise en scène par José Exelis et interprétée par deux acteurs de talents Emile Pelty et Charly Larandy. Fulbert et Auguste ne se connaissent pas. Ils sont vieux et terriblement seuls, traînant avec leurs valises un passé qui leur remonte à la gorge, tels des hoquets. Wopso ! (more…)

« L’Autre Rive » – “La Otra Orilla” de Ulises Cala

News from Capital Critics Circle

— Par Selim Lander —
Spectacle présenté à Fort-de-France, Martinique
« Jusqu’où faut-il aimer ? Il faudrait un manuel pour expliquer cela. »

Cette phrase prononcée par un homme qui va émigrer en abandonnant sa fille n’est qu’un aspect d’un texte qui brasse toutes sortes de sentiments, de sensations, depuis les jeux amoureux pleins de malice jusqu’à la désespérance profonde en passant par les moments d’attente indécise hantés par la crainte des « persécuteurs ». Nous sommes sur une île, Cuba sans nul doute, entourée d’une « mer interdite ». La télévision qu’on entend parfois s’exprime en espagnol (« la télévision est une chose répugnante » répètera l’homme à plusieurs reprises).Ils sont deux comédiens qui interprètent plusieurs rôles, principalement celui d’un homme et d’une femme sur le chemin de l’exil. Ils attendent le passeur qui les conduira sur l’autre rive d’un fleuve (ou n’est-ce pas plutôt le détroit entre Cuba et la Floride ?), vers leur eldorado.
(more…)

Cap Excellence : Quand la scène théâtrale tend un miroir à la société.

News from Capital Critics Circle

Succédant à ce qui fut le Festival des Abymes, Guadeloupe, la 6ème édition de Cap Excellence théâtre, organisée à l’initiative de la communauté des trois communes Abymes, Baie-Mahaut et Pointe-à-Pitre, propose du 09 au 14 mai 2017 un programme autour du thème « La quête du mieux-être ».
L’observation de la programmation semble révélatrice de certains choix.
On constate, en premier lieu, une diversité liée à l’origine différente des compagnies (de Guadeloupe, de Martinique, de France et de Côte d’Ivoire). Une autre diversité est celle des lieux de représentations, situés dans différentes salles et établissements scolaires des trois communes. Ajoutons à cela une diversité évidente de formes, le festival proposant des représentations, des lectures, une déambulation et de nombreux ateliers pédagogiques. (more…)

Temporada de Teatro Latinoamericano y Caribeño Mayo Teatral 2016

Reviewed by Alvina Ruprecht

cuba2016 054

cuba2016 005

Marco Vidal en Mendoza (Los Colochos de Mexico).    Vivian Martinez  y los colegas de la Casa de las Americas

cuba2016 042

                                                                  Patricia Ariza de la Candelaria, Colombia.  (Camilo).  Photos: Alvina Ruprecht.

Ce Mayo teatral (2016) fut à la fois l’ouverture, par le théâtre, vers une nouvelle vision des Amériques et un voyage vers le passé. C’était avec beaucoup d’émotion que j’ai revu Roberto Fernandez Retamar, Président de la Casa des las Americas, monter sur la tribune, accueillir le public alors que dans les années 1970, nous avons reçu Dr. Retamar à Ottawa en tant qu’invité de l’Association canadienne de Littérature comparée à l’Université Carleton. (Ottawa). Maintenant, revoir ce vénérable monsieur sur la scène chez lui m’a fait un coup de nostalgie très forte.

(more…)

La nuit des assassins: une création prometteuse de Ricardo Miranda

News from Capital Critics Circle

Roland Sabra, Madinin-art.

la_nuit_des_assassins-4

La pièce « La nuit des assassins » écrite par José Triana à Cuba en 1964 a connu et connait encore un succès mondial plus particulièrement en Amérique du Sud et en Europe. De quoi s’agit-il ? Enfermés dans un grenier deux sœurs et un frère imaginent, miment, mettent en scène l’affirmation hégélienne bien connue selon laquelle« les enfants sont la mort des parents ». Prurit boutonneux, crise d’adolescence, révolte contre le Père ? Se contenter de cette lecture serait bien superficielle. Les frères Castro ne s’y sont pas trompés. Ils y ont vu un appel à la résistance à l’oppression et leur sens développé de la démocratie, comme chacun sait, a conduit au début des années 1980 José Triana à l’exil en France.

Il y a donc Lalo et ses deux sœurs, Beba et Cuca livrés à eux-mêmes, père et mère  absents, et qui vont donner libre cours à leurs fantasmes de meurtre, d’assassinat de leurs parents, noyés dans l’illusion régressive que la liberté consiste à se débarrasser de la loi fût-elle simplement dans sa formulation première, familiale. S’affranchissant de toute contrainte formelle ils incarneront tour à tour leur rôle, celui des parents, des voisins, des forces de l’ordre, de la justice jetant le spectateur dans un trouble volontaire. La déconstruction apparente du fil narratif qui en résulte est l’image de la déconstruction de l’ordre social produite par la disparition du principe d’autorité.

(more…)

Des doutes et des errances»… de la théâtralité ? Gerty Dambury en Martinique

News from Capital Critics Circle

8 novembre 2015. Paru dans Madinin-art, Fort-de-France

— Par Roland Sabra —

des_doutes_&_des_errances-3« La théâtralité, c’est le théâtre moins le texte ». On connaît la formule, approximative et qui dans ce raccourci déforme la pensée de son auteur plus attaché qu’il n’y paraît à l’équilibre entre scène, texte et présence du spectateur. Qu’un de ces trois pôles disparaisse, s’effondre ou simplement faiblisse et il n’y a plus de représentation théâtrale. C’est qui est arrivé à « Des doutes et des errances » la pièce de Gerty Dambury, mise en scène par Jalil Leclaire et présentée au public martiniquais le 07/11/2015.
Peu après la grande grève de 2009 en Guadeloupe Gerty Dambury écrit une pièce de théâtre «  Les Atlantiques amers » dans laquelle sept personnages  échangent, s’interrogent s’affrontent, de part et d’autre de l’océan, à propos de ce mouvement qui dans son antienne «  « La Gwadloup sé tan nou, la Gwadloup a pa ta yo, yo péké fè sa yo vlé an péyi an nou » pose clairement faute de pouvoir y répondre la question de l’identité. Qui est ce « nou » ? et par conséquence qui est ce « yo » Quelles en sont les composantes ? Dans quel camp sont les Békés ou leurs descendants ? Et les « métros » ? Faut-il tenir compte de la durée de leur installation ? Et ceux  péjorativement dénommés  « négropolitains » ou « nègxagonaux » ou que l’on désigne d’un autre terme plus neutre celui-ci de diaspora ? A quel titre sont-ils encore et toujours guadeloupéens -ou martiniquais- celles et ceux qui ne viennent « au pays » que pour les vacances, une année sur deux si ce n’est moins ? Droit du sol ou droit du sang ?

 

(more…)

Un obus dans le coeur » : mort et renaissance dans le silence de la mère

News from Capital Critics Circle

  Commentaire de Roland Sabra, paru dans Madinin-art.net   Une publication de la Martinique.

obus_ds_le_coeurC’est un moment d’émotions d’une rare intensité que nous a offert Hassane K. Kouyaté en programmant Un obus dans le coeur, le magnifique texte de Wadji Mouawad interprété par Julien Bleitrach qui signe la mise en scène avec Jean-Baptiste Epiard. C’était une nuit. Une nuit de rage. Une tempête sur la ville et dans la tête. Il neigeait et elle agonisait sur un lit d’hôpital.   Le téléphone avare de mots avait juste lancé : « Viens vite !  » Elle ? La mère ! Lui, Wahab le fils se dit : « Ma mère meurt, elle meurt, la salope, et elle ne me fera plus chier ! »» mais aussi : « Le clignement de mes yeux fait fondre le givre de mes cils et c’est l’hiver au complet qui pleure sur mon visage « . Même attendue, la mort est toujours une surprise. Elle survient au détour d’un chemin. « Nawal. J’étais dans l’autobus. Sawda, j’étais avec eux! Quand ils nous ont arrosés d’essence j’ai hurlé :  Je ne suis pas du camp, je suis comme vous! Je cherche mon enfant qu’ils m’ont enlevé! Lors ils m’ont laissée descendre, et après, après, ils ont tiré, et d’un coup, d’un coup vraiment, l’autobus a flambé, il a flambé avec tous ceux qu’il y avait dedans, il a flambé avec les vieux, les enfants, les femmes, tout! Une femme essayait de sortir par la fenêtre, mais les soldats lui ont tiré dessus, et elle est restée comme ça, à cheval à cheval sur le bord de la fenêtre, son enfant dans ses bras au milieu du feu et sa peau a fondu, et la peau de l’enfant a fondu et tout a fondu et tout le monde a brûlé! Il n’y a plus de temps, Sawda. Il n’y a plus de temps. Le temps est une poule à qui on a tranché la tête, le temps court comme un fou, à droite, à gauche et de son coup décapité, le sang nous inonde et nous noie. » (Incendies).

(more…)

La Loi de Tibi: L’éveil des damnés de la terre par la Cie parisienne l’Autre Souffle

Reviewed by Alvina Ruprecht

tibi-1024x721

La Loi de Tibi, de Jean Verdun, traduit en anglais en 2003. Adaptation, interprétation et mise en scène de Jean-Michel Martial avec Karine Pédurand, collaboration artistique de Sophie Bouillot. Une production de la Cie l’Autre Souffle, Paris. 

Depuis Avignon, sur la scène de la Chapelle du Verbe incarné  (2013), on parle de l’excellent jeu de Jean-Michel Martial. Cet espace à Avignon,  intime et  chaleureux,  convenait parfaitement  à l’œuvre de Jean Verdun (Mieux que nos pères, 2001) devenue Tibi’s Law dans la traduction de Robert Cohen , jouée en 2003 aux États-Unis.  La troupe française (la Cie l’Autre Souffle),  a gardé la version américaine du titre car il recèle quelque chose de biblique qui rehausse les propos du personnage quasi shamanique de « Tibi »

(more…)

La Loi de Tibi: cérémonie bouleversante à la Chapelle du verbe incarné, Avignon “off”.

News from Capital Critics Circle

Compte rendu de  Sylvie Romanowski, Northwestern Universitytibi-1024x721

Au bord du plateau, Tibi, un grand homme nous accueille. Tout se passe quelque part ailleurs, peut-être Afrique, le lieu n’est pas clair. Voilà que nous des touristes, ayant donné notre offrande pour assister à un enterrement, sommes à la fois voyeurs de la souffrance des autres et spectateurs/voyeurs d’une œuvre théâtrale. L’ambiguïté s’impose dès le début, et même si on réalise bientôt que nous sommes en pleine représentation théâtrale, le texte nous rappelle cet instant de malaise de temps à autre.

La scène est presque vide sauf pour un amoncellement de choses cachées par une grande bâche gris clair. L’homme est un diseur traditionnel, maître de cérémonie pour les enterrements. Il est en train de chercher sa cape et il râle parce qu’il en a besoin pour faire ses enterrements avec la dignité nécessaire, et avec six enterrements qui l’attendent ce matin, la situation est urgente.

(more…)

Le retour du “Cahier"…” à la fondation Clément: intense émotion par la grâce de Jacques Martial.

News from Capital Critics Circle

 

—Par Roland Sabra —

Depuis 10 ans sa lecture du « Cahier d’un retour au pays natal » tourne autour du monde, Australie, Guadeloupe, Singapour, Fidji, Nouvelle Calédonie, New-York, Martinique, Paris, etc. avec aussi des retours, obligés, au pays natal de l’auteur. C’était le cas samedi soir à la Fondation Clément, en plein air. Moment inoubliable : les fils, au propre et au figuré, de Césaire, hallucinés et émus jusqu’aux larmes, et c’étaient de vraies larmes miraculeuses, ont vu de leurs yeux vu sur scène le Père de la nation martiniquaise. Alors que rien dans la corpulence de Jacques Martial ne renvoie à la frêle silhouette du poète, Césaire était là vivant parmi les siens. C’était Lui au premier jet du texte. Telle est la performance fabuleuse de Jacques Martial dans la nuit lumineuse d’un moment partagé.

(more…)

Past Reviews