July, 2011

Des Femmes de Wajdi Mouawad: Pas Encore la Grande Oeuvre Espérée

Reviewed by Alvina Ruprecht

Festival d’Avignon 2011

Des Femmes texte et mise en scène de Wajdi Mouwad, d’après Les Trachiniennes, Antigone et Electre de Sophocle, traduction de Robert Davreau.

Des Femmes était déjà, bien avant son arrivée à la Carrière de Boulbon,  au centre des controverses  artistiques et morales. La presse a traité la question; nous préférons  donc ne pas l’aborder ici. Cantat n’était pas à Avignon en personne  mais nous avons entendu ses chants et  ses récitations enregistrées, accompagnés par ses musiciens en scène et nous avons compris immédiatement les raisons du choix de  Mouawad: cette voix d’outre-tombe, sortie d’un monde archaïque,  a capté les hurlements des dieux, les pulsations de la terre, les rugissements des créatures mythiques. Et  on avait du mal à imaginer l’œuvre sans Cantat et ses musiciens !
Ils ont écrasé les comédiens et dominé la première partie: Les Trachiniennes , qui était, en fin de compte, la partie la plus faible de l’ensemble.  Nous attendions beaucoup de Sylvie Drapeau en Déjanire, l’épouse trahie et déspérée d’ Héraclès qui tue son mari accidentellement. Sylvie Drapeau est une des grandes vedettes de la scène montréalaise mais  elle s’est révélée très décevante. Une voix chancelante, un corps mal à l’aise et un jeu qui n’était pas encore clair, le reflet d’une mise en scène qui a  profondément déstabilisé  ce premier épisode et créé  l’impression dès le départ, que le travail scénique  n’était pas encore terminé.

(more…)

Congre et Homard. Avignon OFF .

Reviewed by Alvina Ruprecht

La pièce a vu le jour après un processus intéressant que nous avons pu suivre de la Guadeloupe  jusqu’en Avignon.  Congre et Homard, a d’abord été présenté dans une mise en lecture en Guadeloupe il y a deux ans, et a pu se réaliser grâce à l’appui de   Textes en paroles, association guadeloupéenne qui œuvre à la promotion des écritures dramatiques de la Caraïbe soumises à la sélection d’ un jury international.

L’auteur Gael Octavia est martiniquaise; et les deux protagonistes sont joués par des Guadeloupéens Joel Jernider, et Dominik  Bernard. Sans entrer dans des commentaires historiques, il faut souligner  cette collaboration  qui  signifie un renouveau important du regard théâtral et une  ouverture importante du milieu vers toute la région de la Caraibe et des Amériques.

(more…)

Congre et Homard de Gael Octavia. Un grand moment du “off”.

Reviewed by Alvina Ruprecht

Une œuvre qui a suivi un processes de création intéressant que j’ai pu suivre de la Guadeloupe  jusqu’en Avignon.  Congre et Homard, présenté d’abord comme une mise en lecture en Guadeloupe il y a 2 ans, a été réalisé grâce à l’appui de ‘Textes en paroles’. Cette association guadeloupéenne œuvre à la promotion des écritures dramatiques de la Caraïbe soumises à un processus de sélection par un jury international. L’auteur Gael Octavia est martiniquaise; les deux protagonistes sont joués par des Guadeloupéens Joel Jernider, (comédien)  et Dominik  Bernard  (comédien et metteur en scène).

(more…)

dirty rotten Scoundrels laughs mostly at itself.

Reviewed by Alvina Ruprecht

Relying heavily on equal parts of chutzpah and polish, Dirty Rotten Scoundrels is funny, irreverent, ironic, occasionally coarse and frequently politically incorrect. It mocks stereotypes, borrows style and content from other musicals as required, periodically breaks through the fourth wall and, most of all, laughs at itself.

In other words, this cheeky, lighthearted entertainment — adapted from the 1988 movie starring Michael Caine and Steve Martin — is a great deal of fun. (more…)

Dirty Rotten Scoundrels Will Have You Bouncing in Your Seat..

Reviewed by Maja Stefanovska

It may not be the best musical you will ever see, but Orpheus Theatre’s Dirty Rotten Scoundrels, directed by Shaun Toohey and adapted from the Jeffrey Lane book and Frank Oz movie by the same title, will leave you with a skip in your walk and a hum to your talk by the end.

The musical comedy has much going for it. After all, it is set in the ever-glamourous French Riviera and  offers a story rife with drama, comedy and romance centered around the adventures of two mismatched con-men. Add to this an ensemble  of fun-filled, if slightly forgettable songs, and you’ll be bouncing in your seat.

(more…)

England

Reviewed by Rajka Stefanovska

The play “England” by Tim Crouch tells a story of a young person from England whose life depends on a heart transplant. After this successful operation, the recipient goes to the Middle East to express their gratitude to the donor’s wife. Of course, the language and cultural barrier make the endeavour very difficult. The meeting is an emotional moment for everybody and is not helped by the interpreter, whose skills do not extend past the literal and simplistic translation of sentences. The true meaning of what is being said fails to reach those involved.

(more…)

I Do Not LIke Thee, Dr Fell. Excellent work by Seven Thirty Productions

Reviewed by Maja Stefanovska

It seems the majority of people these days are either in the process of getting it, talking about getting it or researching what type they should get. How well does it work and how honestly are we prepared to explore our inner demons? Playwright Bernard Farrell weighs in on the questions with a decidedly pessimistic, though hilarious view in I Do Not Like Thee, Dr. Fell. The play, in a great production by SevenThirty productions, pokes fun at not only the idea of group therapy but participants’ willingness to actually be open with each other on anything other than a superficial level. (more…)

Past Reviews